• " Un effacement " ( 116 )

    La fille d'Ingrid ne me répond ou ne me parle au téléphone que lorsque RIEN n'est en vue ou RIEN D'AUTRE n'est à faire.
    J'ai du m'y reprendre à trois fois pour lui demander de m'envoyer par mail des messages qui ne passaient pas par SMS.
    Elle a fini par me répondre qu'elle était en soirée chez des amis la veille et que ce jour elle allait déjeuner chez sa tante.
    J'ai répondu : " C'est vrai que tout cela laisse peu de place pour moi... "

    Et le cafard de l'isolement, du peu d'importance, du manque d'amour-propre, de l'oubli des autres, m'a repris. J'ai remarqué que certains jours j'étais plus vulnérables que d'autres à cette mélancolie-là, je vais essayer de savoir pourquoi, si c'est simplement physique ( fatigue ? ) ou psychique ( déprime ? ), voire : les deux....

    " Un effacement " (  116  )

    « " Un effacement " ( 115 )" Un effacement " ( 117 ) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :