• " Un effacement " ( 145 )

    Les jours se suivent et se ressemblent. Il apparaît que la résilience que je me suis construite ( étude du cornet à piston, constitution d'un nouveau contexte artistique, connaissance de personnes nouvelles, livre de poèmes, et.c ) commence à faire effet sur moi.
    J'ai cette ligne ininterrompue de " Mes filles ne me parlent plus ", qui est comme ces anciennes lignes télégraphiques fixées à des poteaux tout au long de la route de ma vie.
    C'est une voix qui répète cette phrase en sourdine à chaque minute, une sorte de drogue pourrie qui vaporise son pessimisme sur tout ce que je pense, dis ou fais.
    Je connais toujours le doute qui est : " Vais je continuer le chemin ? "
    Je le continue, jour après jour, aussi difficile que ça soit de temps en temps.
    " Un effacement "  (  145  )

    « " Un effacement " ( 144 ) " Un effacement " ( 146 ) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :